Le métier de designer graphique voué à disparaître ?

Ces dernières années les avancées technologiques ont fait du bien aux designers graphiques : Logiciel de PAO, 3D, tablette graphique etc… Tant d’outils qui permettent de faciliter et accélérer les créations graphiques. Mais cette recherche de gain de temps et d’argent ne commence-t-elle pas à dépasser ses limites et devenir contre-productif pour les graphistes ?

Que valent ces plateformes qui veulent remplacer les graphistes ?

Canva ou encore Desygner… ces noms ne vous sont surement pas méconnus si vous vous intéressez un minimum à l’univers du design graphique. En effet ces studios graphiques en lignes ont dernièrement pris de l’ampleur au plus grand bonheur des entreprises à petit budget.

 

studio en ligne designer graphique

Mais qu’est ce que c’est exactement et pourquoi ces nouveaux outils effrayent les designers ?

Ces plateformes permettent de répondre à la plupart des besoins de création graphique (flyer, bannière, carte de visite, etc…) sans avoir de qualifications requises en design graphique. Elles s’appuient sur un système de modele adaptables selon le besoin de l’utilisateur. Le tout pour un prix très abordable voire gratuit.

Que vont alors devenir les designers graphiques ?

Le graphiste n’est pas mort. En effet si certaines petites entreprises vont préférer demander à Veronique de la compta de réaliser leurs créations graphiques avec ces plateformes par manque de budget, aucune machine ne remplacera le savoir-faire et la créativité humaine. Ce n’est pas parce que je dispose d’un marteau que je sais faire une porte. Avec les outils graphiques c’est la même chose. Associer forme, couleur et typographie avec harmonie qui atteindra une cible prédéfinie est un travail qui s’acquiert qu’avec de l’expérience.

Et le crowdsourcing alors ?

Une première définition : Le crowdsourcing est la pratique qui correspond à faire appel au grand public ou aux consommateurs pour proposer et créer des éléments de la politique marketing ou même pour réaliser des prestations marketing. Pour résumer, un annonceur propose un projet, un grand nombre de prestataires professionnels ou amateurs proposent leurs créations mais seul le projet validé est rémunéré. C’est presque comparable à un jeu-concours.

crowdsourcing designer graphique

Des plateformes consacrées au design graphique existent tel que 99Designs, DesignCrowd ou encore CrowdSpring. Ces dernières permettent à un annonceur d’avoir des créations graphiques, que ce soit une brochure, une maquette de site ou encore un design de packaging, en un délai très court tel qu’une semaine avec un très grand nombre de propositions. Autant dire, la caverne d’Alibaba pour les entreprises. Le nombre de propositions varie selon le nombre de participants mais l’annonceur se retrouvera forcément gagnant car il ne payera que le projet qu’il aura validé. Le taux horaire de travail de toutes les propositions réunies est énorme mais seul celui d’une personne sera pris en compte, plutôt alléchant comme principe.

Ces plateformes sont plutôt avantageuses pour les annonceurs mais tuent le métier de graphiste car cela va accentuer la concurrence entre graphistes, les pousser à produire un maximum de propositions en un minimum de temps juste en s’appuyant sur un brief sans vraiment avoir échangé avec l’annonceur et ses réels besoins. De plus, les propositions sont simplement visibles par l’annonceur qui choisira subjectivement avec un « j’aime, j’aime pas » sans que le prestataire puisse argumenter et défendre ses choix marketing et graphiques. Enfin, de nombreux participants auront passé du temps et fourni des efforts pour leurs propositions qui ne seront finalement pas rémunérés. Les compétences professionnelles des graphistes sont alors bradées.

Des robots à la place des graphistes ?

Et si le graphiste était une espèce vouée à complètement disparaître pour laisser place aux robots. Cette fiction n’est néanmoins pas si fausse.  En effet, une nouvelle œuvre à été créée par un programme informatique que l’on croirait avoir été dessinée par Rembrandt en personne. Ce tableau est un portrait d’un homme d’une quarantaine d’année reproduisant à la perfection le style du célèbre peintre hollandais. Ce résultat est la fusion du travail d’historiens,développeurs et analystes.

La première étape a commencée par créer une base de données en scannant plus de 346 tableaux de Rembrandt. L’intelligence artificielle a ensuite analysé ces paramètres et un algorithme a synthétisé les principales caractéristiques des peintures.C’est ainsi que l’ordinateur a pu proposer un tableau original se rapprochant au plus proche du style de l’artiste. Même si ce dernier cas se rapproche plus au domaine de l’art que du design graphique, la frontière est fine et on peut se questionner sur l’avenir des graphistes.

 

Pour résumer, les avancées technologiques dans le cadre du design graphique sont souvent plus avantageuses pour l’annonceur que le prestataire. Cependant le métier de graphiste n’est pas voué à disparaître. L’intelligence artificielle ne peut pas rivaliser avec le cerveau humain pour la simple raison qu’elle ne pense pas, mais qu’elle calcule. De plus, l’échange humain est primordial pour comprendre et répondre au mieux aux attentes de son client. Le design graphique a alors encore de belles années devant lui.

 

Un commentaire sur “Le métier de designer graphique voué à disparaître ?

  1. Bertrand says:

    Cet article est magnifique !
    Je pense que vous avez raison sur la crainte, surtout vis à vis des robots etc.
    Mais je ne pense pas que le graphisme puis être tué comme ça. Les robots ont bien besoin d’une base à étudier pour pouvoir créer de nouvelles choses.
    Pareil pour Canva, il faut bien des designer derrière pour créer les templates. De même, il faut avoir une formation de designer graphique pour reprendre ces templates et les mettre au goût de la marque (sinon nous aurions tous les mêmes graphismes au bout d’un moment).

    Bref, à voir comment le métier va évoluer dans le temps 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *