3 conseils pour apprendre à reconnaître les fleurs et les plantes

J’ai vécu quelques années en montagne, à 1800m d’altitude, dans les Alpes. Au printemps, je partais pendant des heures en promenade. J’ai découvert des paysages magnifiques et également une flore variée, parfois unique à cette altitude.

Alors j’ai commencé à prendre en photo les fleurs et les plantes de montagne et j’ai cherché à les identifier. Chose pas facile quand on connaît strictement rien à la botanique.

Le col de la lune © Apolline Barthélemy
Le col de la Lune © Apolline Barthélemy

Voici mes 3 conseils pour apprendre à reconnaître les fleurs et les plantes :

Avant tout, j’évite de cueillir inutilement les fleurs ou les plantes ! Je prends des photos sur le terrain et je les étudie ensuite chez moi. Et comme j’ai tendance à perdre la mémoire, je prends des prises de vue différentes de la plante et de son environnement.


1ère étape : rechercher par image sur internet

Faire une recherche par image sur le moteur de recherche Google. La plupart du temps, je trouve le nom de la plante en comparant les photos similaires. Et souvent je tombe sur des noms différents : nom latin, nom commun, une espèce similaire du même genre ou famille. Selon son habitat, la plante peut avoir des caractéristiques différentes et donc des noms différents.

Sur le même principe, un projet de sciences participatives  » Pl@ntNet project  » accessible sous forme d’application web et mobile, vous aide à identifier des plantes de France ou du monde entier à partir de vos photos. Ce projet a été développé par un consortium de scientifiques. C’est une application de collecte, d’annotation et de recherches d’images pour l’aide à l’identification des plantes. L’outil est évolutif depuis 2009. Il fonctionne à partir d’algorithmes et de reconnaissances automatiques.

Rendre la botanique accessible à tous

Fruit du travail collaboratif entre informaticiens et botanistes, le projet Pl@ntNet, soutenu par Agropolis Fondation, réunit des scientifiques d’Inria (Alexis Joly et l’équipe de recherche Zenith à Montpellier), des partenaires : le Cirad, l’INRA, l’IRD et des botanistes professionnels et amateurs du réseau Tela Botanica.
À l’origine réservée au suivi des plantes rares, exotiques ou menacées, l’application s’est diversifiée et a ouvert son répertoire aux plantes cultivées dans nos régions et aux plantes ornementales ainsi qu’à l’international (Amérique du Nord et du Sud, Antilles notamment) répondant ainsi aux principales demandes de ses utilisateurs et permettant de doubler quasiment le nombre de références du répertoire.

Pl@ntNet a été téléchargée plus de 3,5 millions de fois et compte actuellement 30 000 utilisateurs par jour.

Communiqué de presse, Inria, 2017

 

Pour faire votre recherche, choisir [identifier] dans la région du monde où la plante se trouve, puis ajouter ou glisser votre photo ici : https://identify.plantnet-project.org/

L’application est également disponible sur mobile sous le nom de Pl@ntNet.

 

 

Voici une vidéo de l’Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique) qui, ayant participé à sa création, nous explique comment utiliser au mieux l’application :


2ème étape : croiser les informations trouvées sur des sites internet fiables

Pour m’assurer que j’ai trouvé la bonne espèce, je croise les informations sur les trois sites suivants :

Ce site permet de rechercher par critères : famille et genre, nom scientifique, nom français, couleur de fleurs, date de floraison, plantes protégées, recherche au hasard…

Le + : on peut comparer une plante avec une autre ! C’est très utile lorsque l’identification est difficile, que le doute persiste entre plusieurs plantes qui se ressemblent fortement.

La recherche peut se faire par nom scientifique ou nom commun. On obtient une description, les caractéristiques climatiques et des sols, une nomenclature qui indique la famille, le genre, l’espèce de la plante, la possibilité de télécharger la fiche en PDF, des photos et la répartition géographique de la plante.

Le + : Le site de cette association est très riche en information, on trouve pratiquement toutes les plantes.

Le site de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel propose une présentation de la plante, le nom scientifique ou vernaculaire (commun), une carte de répartition actuelle en France métropolitaine et dans le monde.

Le + : la source est fiable et les informations actualisées. On y trouve les dernières mises à jour sur les différentes espèces.


3ème étape : compléter ses recherches avec des livres

Je consulte aussi des livres, généralistes ou plus spécialisés pour savoir si la plante est comestible ou non, si elle a des vertus médicinales. Les livres sont tous très différents : ils sont organisés par ordre alphabétique, ou par couleur ou très grand et très épais ou avec de jolies illustrations et peu d’informations.

C’est pourquoi je privilégie les livres de poche ou peu encombrant pour les emporter avec moi pendant mes sorties. À qui souhaite découvrir et reconnaître les plantes sauvages, je vous conseille ces livres, destinés au grand public :

  • Le guide nature en forêt, 17€, Salamandre.
  • 350 plantes médicinales, 14,50€, Delachaux et Niestlé.
  • Manger Sauvage, 25,90 €, Larousse.

Pour voir ma galerie photo et mes dernières sorties en forêt de Fontainebleau (77), suivez ce lien : https://www.flickr.com/photos/apollinefr/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *